Hubble, 2016

Hubble, 2016, 15 x 10 x 0,1 cm chaque plaque de cuivre, 266 x 257 x 18 cm la planche de bois. Plaques de cuivre chauffées au chalumeau, dispositif d’accrochage en bois.

 

Chauffés, brûlés, impactés en leur centre, les formats en cuivre de Hubble se parent de mille reflets moirés, comme autant de nébuleuses célestes, d’images aléatoires venues d’ailleurs.
C’est sans surprise alors, que la réaction chromatique de ce métal est utilisée par les astrophysiciens pour mesurer la température des étoiles. Chaque couleur est un indice de température de chauffe.

Le feu est ce générateur d’histoire dont Hubble est un témoin. C’est aussi le nom de ce télescope spatial de la Nasa qui nous envoie des images du cosmos.

Hubble illustre bien le choix des matériaux spécifiquement pour ce qu’ils ont de capacité narrative. Comment des formes sculpturales, par des effets de texture, de matière, par les traces du processus génèrent et amènent à des sensations, à des récits.